plaît-il


plaît-il

⇒PLAÎT-IL, loc. interj.
Vieilli. [Formule de politesse par laquelle on invite un interlocuteur à répéter ce qu'on a (ou feint d'avoir) mal entendu, à expliciter ce qu'on a (ou feint d'avoir) mal compris]. Synon. comment, pardon, hein (fam.). Après qu'il eut eu une assez longue entrevue avec la porte, on ouvrit enfin. —Que demande, monsieur? —El senor Verdugo. —Plaît-il? —Ah! pardon; M. Sanson est-il visible? —Oui, il est à déjeûner, entrez (BOREL, Champavert, 1833, p.190).
En partic. [S'emploie pour demander à l'interlocuteur d'expliciter une réaction non verbale] Courpière: (...) la menace que votre frère a tout à l'heure proférée contre moi a déjà entraîné des conséquences qu'il ne dépend plus de lui, ni de vous... ni même de moi... de... modifier... (Elle secoue la tête). Plaît-il? Blanche: Je vous demande pardon, je sais très bien... je crois savoir à quoi vous faites allusion... et cette affaire-là, non plus, n'aura aucune suite (HERMANT, M. de Courpière, 1907, IV, 8, p.31). Le Prince: (...) il arrive que des hommes également honnêtes (...) se trouvent séparés momentanément par les différentes conceptions qu'ils ont de leur devoir. (Hoederer rit grossièrement.) Plaît-il? Hoederer: Rien. Continuez (SARTRE, Mains sales, 1948, 4e tabl., 4, p.149).
Prononc.:[], [ple-]. Étymol. et Hist. V. plaire.

Encyclopédie Universelle. 2012.